Hänsel et Gretel
Humperdinck
2012
Hänsel et Gretel
Distribution
Hänsel : Olivia Vermelen, mezzo-soprano
Gretel : Eugénie Warnier, soprano
la sorcière : Jasmin Etezadzadeh, mezzo-soprano
Le père : Hans Gröning, baryton
La mère : Svetlana Lifar, mezzo-soprano
Le marchand de sable et la fée rosée : Karine Godefroy, soprano
Mise en scène
Claude Montagné
Direction musicale
Jérôme Devaud
Décor-Scénographie
Denis Fruchaud
Costumes
Aude Desigaux
Création lumières
Pierre Peyronnet
Choeur
Camérata Vocale de Brive
Orchestre
Forum Sinfonietta


Opéra en trois actes d'Engelbert Humperdinck (1854-1921).

En langue allemande avec sur-titrage.


Coproduction : La Clef des Chants / Région Nord Pas de Calais
Critique de JdeB parue sur www.odb-opera.com
Reims, le 23 novembre 2012
La carrière française de ce chef-d'oeuvre, créé à Weimar le 23 décembre 1893 sous la direction de Richard Strauss, reste à écrire mais il semble bien qu'après une petite vogue à la toute fin du XIX ième siècle (Bordeaux en 1897, l'Opéra-Comique pour 37 représentations puis Lyon en 1900), ce "Conte-Opéra" (märchenoper) ne se soit jamais vraiment imposé au répertoire hexagonal.
Mais depuis une quinzaine d'années la France a pu applaudir quatre nouvelles productions : celle de Kokkos au Châtelet en 1997 et 2000, celle de Pelly, venue de Glyndebourne, à Lyon en juin 2010, une troisème à Clermont-Ferrand en décembre dernier et celle de ce soir, inaugurée en août dernier au Festival de Sédières (Corrèze) en attendant celle de Mariame Clément à Garnier au printemps prochain.
Cette oeuvre, la première diffusée sur les ondes le 6 janvier 1923 depuis Covent Garden, a bénéficié à Reims d'une belle et réjouissante réunion de jeunes talents devant une salle occupée aux deux tiers par des enfants et adolescents qui, lorsque les lumières de la salle s'éteignirent pour laisser place au spectacle, eurent un "Ah !" d'impatience satisfaite des plus rafraîchissants !
La mise en scène de Claude Montagné, un peu Deschiens au début, brille par son inventivité et sa direction d'acteur affûtée. Elle fait preuve d'une subtile et ludique dénonciation de la société de consommation et de l'exploitation des enfants à l'usine (ici chez Grignotte & Co...)
La scénographie doit beaucoup aux vidéos en noir et blanc de Pascal Boyadjian qui font grandes impressions par leur sens du rythme, leurs clins d'oeil au cinéma expressioniste allemand de haute époque et leurs motifs arachnéens.
La distribution, très homogène, nous permet de retrouver Eugénie Warnier (Gretel), toujours aussi fine musicienne et excellente actrice, et de découvrir des artistes fort prometteurs. Olivia Vermeulen est un Hänsel des plus crédibles, Svetlana Lifar une Mère à la projection et aux graves sonores et Jamsin Etezadzadeh une sorcière déjantée, fille cachée de Nina Hagen et de Klaus Nomi, qui brûle les planches.
Saluons enfin la réduction raffinée de la partition par Jérôme Devaud à la tête d'un ensemble de quinze instrumentistes.
Bref, une soirée des plus charmantes qui redonne une âme d'enfant.
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel
Hänsel et Gretel