La Der des ders
Cette adaptation théâtrale est composée d'extraits de Carnets et de Lettres interprétés, de chansons, et de projections vidéo, conçues à partir de Lettres et Carnets du Front 1914.1918
Note de mise en scène
« La Der des Ders » est un spectacle sur « la Grande guerre ».
Nous sommes le 11 novembre 1938, un groupe composé d'hommes et de femmes se retrouve devant le monument aux morts. Toutes ces personnes ont vécu la guerre, elles vont nous entrainer dans le souvenir des premiers jours de mobilisation et lentement dans le doute et la douleur, l'absurdité et l'injustice d'un conflit qui s'éternise.

Quatre années avec l'angoisse de voir arriver la mauvaise lettre, à vivre la peur au ventre, à nourrir la flamme de l'espoir, avec le besoin de projeter sa vie au-delà de la guerre, à imaginer demain pour résister à l'horreur du présent.

Nous entendrons le murmure de la parole intime surgir de leurs carnets, de leurs lettres. Des millions de pages écrites pour dire sa douleur, son amour, pour crier sa rage, sa désillusion...
Le chant viendra soutenir cette parole comme un prolongement de la voix humaine modelée par l'enlisement du conflit.

Quatre années de solitude, de peur, de souffrance, d'espoir, de fidélité et d'amour aussi.

Au travers de l'importante et très diverse correspondance, cinq comédiens donneront la parole à ces jeunes gens devenus anciens, devenus Histoire. Presque toutes nos familles ont eu « un poilu ». Nos parents étaient suffisamment sur le front, pour que nos enfants ne le connaissent plus. Le besoin de mémoire s'impose donc.
Ces pages écrites pour crier à l'injustice sortent de leurs boîtes à chaussures, de leurs greniers ; elles nous donnent à entendre la parole intime de ces femmes, de ces hommes et nous écoutons ces jeunes gens dont la force émotionnelle sera portée par cinq comédiens.

Claude Montagné
Caractéristiques techniques, financières, etc.

Avec le public
Durée : 1 heure 20
Une rencontre-débat à l'issue de ce spectacle est réalisable afin de faire émerger les témoignages du public (mémoire, souvenir, lettres circulant dans le patrimoine familial, etc.)
Conditions techniques
- Plateau souhaité : 8m x 6m. Une adaptation est toujours envisageable suivant les scènes disponibles.
- Fiche technique détaillée sur demande
- 2 services de montage
- 1/2 service de démontage et chargement après le spectacle

- Autonomie technique.Les éclairages et le vidéo projecteur sont fournis par la Compagnie La Chélidoine
Conditions financières
- Droits de cession à convenir en fonction des lieux
- Défraiements 6 personnes (3 comédiennes, 2 comédiens, 1 régisseur)
- Frais de transport : une voiture et un camion
La Der des ders
Mise en scène
Claude Montagné
L'équipe artistique :
Distribution
Josiane Choquet
Nadine Gagnant
Pierre-Étienne Heymann
Claude Montagné
Sylvie Peyronnet
Création lumières
Thierry Salagnac
Création sonore
Octave Lalite
Création costumes
Aude Desigaux
Création vidéo
Nicephore
EXTRAITS DE LA PIÈCE

Josiane Choquet
« Les journaux d'aujourd'hui racontent que le gouvernement fait préparer des tricots, et des gants de laine pour les soldats. Ils n'auraient pas sans doute l'intention de nous faire passer l'hiver ici, ces messieurs ! Ca serait bigrement terrible et qu'est-ce que ce sera s'il faut rester encore trois ou quatre mois... »
Sylvie Peyronnet
« Mon chéri, C'est encore moi qui viens bavarder avec toi ce soir 10h et demie!... Ce soir peut-être encore plus que les autres soirs, je te cherche. Pourquoi ? Je n'en sais rien, j'aurais pensé que petit à petit, sans m'habituer à ton absence, je souffrirais un peu moins de l'éloignement mais je m'aperçois au contraire, au fur et à mesure que les journées succèdent aux jours, je suis plus triste... »
Nadine Gagnant
« Nous avons reçu ta lettre mardi qui nous fait grand plaisir d'apprendre de tes nouvelles que j'attendais tous les jours. Nous avons reçu ton panorama vendredi. Les petits étaient bien contents et ta petite fille qui parle toujours de son papa, qui est bien mignonne. Mon cher Antoine j'ai reçu mes allocations samedi, 320 francs à partir du 15 janvier... Mais si tu as besoin de quelque chose fais-moi donc savoir... »
Pierre-Etienne Heymann
« Nous sommes de nouveau en réserve pour quatre jours, au village des Brebis. Quatre jours aux tranchées, quatre jours de réserve. Nos quatre jours de tranchées ont été pénibles à cause du froid et il a gelé dur, mais les boches nous ont laissés tranquilles . Le jour de Noël, ils nous ont fait signe et et nous ont fait savoir qu'ils voulaient nous parler. C'est moi qui me suis rendu à trois ou quatre mètres de leur tranchée... »
Claude Montagné
« Voilà quelques jours que je ne t'ai pas écrit mais, vois-tu, ici dans les tranchées, il fait froid. Mes doigts sont engourdis, c'est à peine si j'arrive à manier mon fusil. Les conditions de vie pour les soldats tels que moi sont devenus insupportables. Chaque seconde, nous devons lutter contre la faim, le froid, le sommeil et la peur. Car, oui, nous avons peur... »
La Der des ders