George Dandin
Une comédie de Molière
Représentations : 17 au 20 juillet et 24 au 27 juillet 2013

Lieu :
Le Parc du Château de la Diège en plein air à Ussel (19)
LA PIÈCE
George Dandin, riche paysan, a voulu s'élever au-dessus de sa condition en épousant la fille d'un gentilhomme, Angélique de Sotenville. Mais il a tout lieu de regretter cette union : la famille d'Angélique a conclu ce mariage pour avoir son argent et lui fait bien sentir le peu d'estime qu'elle a pour lui ; quant à Angélique, elle semble disposée à se laisser faire la cour par Clitandre, un jeune galant qui rôde autour d'elle, accompagné de son valet Lubin...

« George Dandin ou le mari confondu » est créé à Versailles le 15 juillet 1668, au cours du Grand Divertissement Royal destiné à célébrer la conquête-éclair de la Franche-Comté.
NOTE DE MISE EN SCÈNE
Lorsqu'il écrit sa pièce sur commande du roi, Molière va chercher l'inspiration dans l'une de ses premières créations,-La Jalousie du Barbouillé-, car il a le devoir de réussite et il connait la fécondité de ses premiers écrits inspirés de la farce.

C'est donc dans ce ferment que nous allons puiser l'énergie principale de notre travail avec les acteurs. Nous savons que la comédie moliéresque s'inspire de la comédie italienne et en ce sens elle insère la dynamique des corps dans l'écriture elle-même.

Molière est à la fois l'auteur et l'acteur de son théâtre ; il invente et il joue lui-même ses personnages; c'est ainsi que du Gorgibus de La jalousie du Barbouillé, on passe naturellement à George Dandin qui va être le premier personnage du « bourgeois ». C'est en nous inspirant de Sganarelle, son ancêtre : ridiculisé et content, froussard et fanfaron, mais aussi lunaire et fantaisiste que nous esquisserons le portrait de notre mari confondu.

Le thème du « fléau des cocus » est universel au théâtre; Molière l'a hérité de Plaute, de Térence et même de Boccace ; rien d'original jusque là mais par contre le portrait du bourgeois sous tous ses angles, -le père, l'époux, le maitre, le propriétaire -, nous semble complètement novateur.

L'histoire principale est une histoire de mésalliance conjugale ; Angélique et Dandin n'accèderont jamais au bonheur ensemble et c'est de ce nœud initial que découle l'ambiguïté de leurs relations avec tous les autres personnages.

La thématique de la fortune et de l'ascension sociale vient renforcer la dimension socio-politique de la pièce (n'oublions jamais que Molière abandonna la particule qu'il avait réussi à se faire conférer : « Jean-Baptiste Poquelin de Molière »). Entre paysannerie et noblesse, Dandin incarne le désir de la réussite sociale ; ridicule mais aussi honnête, il nous démontre que le monde des hommes n'est jamais simple.

C'est parce que Dandin n'est pas simplement une victime que les autres personnages prennent corps, ont le droit à la parole. Angélique, mariée de force par ses parents rêve en toute légitimité à un amour librement choisi. Claudine, servante fidèle lui emboite le pas en refusant de céder à Lubin, lui-même ébloui par Claudine. Le couple des Sotenville veut à tout prix sauver son patrimoine pour préserver sa condition sociale. Clitandre a l'âge et les moyens de déployer sa séduction d'homme de cour.

La force comique contenue dans les situations, dans les personnages, dans les différents langages utilisés par Molière restera notre fil rouge.
George Dandin
George Dandin
George Dandin
George Dandin
George Dandin
Affiche George Dandin
Mise en scène
Sylvie Peyronnet

Costumes
Aude Desigaux
Château de la Diège
Distribution
George Dandin
Claude Montagné

Angélique
Faten Benamous

Monsieur de Sotenville
Didier Duhem

Madame de Sotenville
Marie-Pierre Blanchet

Clitandre
Julien Saada

Claudine
Alice Montagné

Lubin
Nizar Sahnoun

Colin
Djamel Marir